CAO nuit

Le Centre Aquatique Olympique

Le projet de Centre Aquatique Olympique (CAO) et de franchissement est né de la convergence de deux ambitions : accueillir les Jeux à Paris en 2024 et participer au développement d’un territoire en pleine mutation.

Le contexte des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Le Comité International Olympique (CIO) a désigné en septembre 2017 Paris comme ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques qui se dérouleront entre juillet et septembre 2024. Un siècle après l’organisation des Jeux de 1924, le Grand Paris s’apprête donc à recevoir le plus illustre événement sportif mondial. Les Jeux Olympiques et Paralympiques constituent parmi tous les événements mondiaux – sportifs, politiques, culturels ou économiques – une manifestation inégalée, qui réunit 206 délégations et près de 15 000 athlètes (10 500 sportifs olympiques et 4 350 sportifs paralympiques).
 

De nombreux sites olympiques et paralympiques sont implantés dans le nord de la Métropole, en particulier en Seine-Saint- Denis : le Village olympique et paralympique, le Cluster des médias, plusieurs sites de compétitions et de nombreux terrains ou bassins d’entraînements pour les sportifs.
 

Le CAO est l’équipement majeur qui reste à construire pour les Jeux de Paris 2024. En effet, 95 % des sites dédiés aux Jeux sont déjà existants ou seront temporaires. Il accueillera en phase olympique les compétitions de plongeon, de water-polo et de natation artistique. Il constituera l’un des héritages olympiques majeurs, avec le franchissement piéton reliant le quartier Plaine Saulnier au Stade de France.

 

Le choix du site de la Plaine Saulnier

Plan de situation des projets à grande échelle urbaine (source : Leclercq Associés, 2018)Le choix des sites et des projets d’aménagement liés aux Jeux de Paris 2024 repose sur un principe de compacité. Plus de 80 % des sites de compétition seront situés dans un rayon de 10 km autour du Village olympique et paralympique pour que la majorité des athlètes soient ainsi hébergés à moins de 30 minutes de leur lieu de compétition.
 

Le site de la Plaine Saulnier a été choisi par le Comité de candidature Paris 2024 en dialogue avec les territoires, en accord avec le concept des Jeux et dans le respect des prescriptions du CIO. Il a été retenu car il est stratégiquement situé, en raison de :

  • La proximité du Stade de France, permettant d’établir un seul périmètre de sécurité unique, et du futur Village olympique et paralympique ;
  • La très bonne accessibilité routière (A1, A86) et en transports en commun existants (RER B et D, ligne 13, tramway T8) et en projet (Grand Paris Express lignes 14, 15, 16 et 17, ligne 8 du tram), ainsi qu’en vélo par le canal de Saint-Denis ;
  • La dynamique intense de mutation urbaine engagée dans le secteur, en particulier autour du nouveau quartier urbain de la Porte de Paris, du pôle tertiaire du Landy-Pleyel et du projet de centralité métropolitaine de Saint-Denis Pleyel ;
  • Sa situation stratégique pour la résorption des coupures urbaines entre le centre-ville de Saint-Denis et les quartiers de la Plaine Saint-Denis et de Pleyel ;
  • Son positionnement sur l’axe reliant le centre de Paris avec l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.

UNE RéPONSE AUX BESOINS DU TERRITOIRE

 

Le CAO permettra d’améliorer l’offre d’un territoire mal pourvu en équipements aquatiques. Les habitants, les scolaires et les clubs du territoire exprimant le besoin de nouvelles piscines depuis de nombreuses années.
 

Dans une étude menée en 2016, l’Institut Régional de Développement du Sport considère le territoire de la ville de Saint-Denis comme une zone prioritaire pour l’implantation de nouvelles piscines en Seine-Saint-Denis. Le CAO doit constituer un levier de développement des capacités d’accueil des activités aquatiques sur le territoire.
 

Ce grand équipement aquatique représente un accélérateur de développement urbain et de mutation pour le site de la Plaine Saulnier et plus largement pour cette partie du territoire métropolitain.

 

LA DOUBLE VIE DU PROJET

CAO aérien

Le Centre Aquatique Olympique pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Avant d’être aménagée en quartier urbain mixte, la Plaine Saulnier sera dédiée à l’accueil des Jeux de Paris 2024. Le CAO et des installations provisoires dans lesquelles seront organisées l’ensemble des compétitions de natation olympiques et paralympiques, seront implantés sur une très grande partie du site de la Plaine Saulnier.
 

Le CAO en configuration dite « olympique » répondra aux spécifications du CIO nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, pour la tenue des compétitions de plongeon, de water-polo et de natation artistique. Il accueillera :

  • Un bassin de 50 mètres (10 lignes d’eau) pour les épreuves olympiques de natation artistique, de water-polo et l’épreuve paralympique de boccia.
  • Un bassin de plongeon de 22 mètres par 25 mètres.
  • 6 000 places assises dans des tribunes de type Arena « en fer à cheval » afin de vivre une expérience spectateur unique.
  • Un bassin d’échauffement temporaire de 50 mètres (mis en place par Paris 2024).

Enfin, d’autres installations temporaires accueilleront des zones d’échauffement, le centre des médias, des zones de gestion et des espaces commerciaux.
bassinLes bassins
 

Le projet consiste à créer deux bassins de dimension variable (séparés par deux murs mobiles de 2,3 mètres de profondeur et une plage de largeur variable pouvant aller jusqu’à 9 mètres). Conforme aux exigences fixées pour les Jeux et la phase Héritage, cette solution permet d’optimiser le volume de la halle bassin mais aussi de pouvoir diversifier les usages et répondre aux multiples besoins (apprentissage de la nage, pratique d’activités physiques, entraînements, compétitions).

 

La configuration durant les Jeux Olympiques et Paralympiques : la plage de 9 mètres requise s’obtient par la mise en place d’une plateforme provisoire entre les deux plages mobiles. Les trois aires de compétition des Jeux Olympiques (water-polo, natation artistique et plongeon), définies dans les demandes de la Fédération Internationale de Natation, s’inscrivent bien dans la nouvelle organisation des deux bassins. L’aire de compétition de boccia pour les Jeux Paralympiques s’installe dans des conditions équivalentes à l’offre finale.

 

La configuration pour la phase Héritage : les bassins offriront une modularité maximale en fonction des besoins et permettront l’accueil de compétition internationale de 50 mètres sans nécessiter la plateforme mobile. Le bassin principal est également équipé d’un fond mobile de 250 m² qui permet de compléter la modularité des fonctions.
 

Il sera même possible de configurer les bassins en deux de 25 mètres dans le sens de la longueur et d’un troisième dans le sens de la largeur.

 

La transformation du site après les Jeux

post jeux

Après les Jeux, cet équipement sportif d’envergure internationale sera un lieu de rencontres et de pratique du sport accessible à tous, permettant la promotion d’un véritable service public. L’exploitation du CAO sera assurée par Récréa.

Hérités des Jeux et complètement modulables, les bassins, conçus pour la performance de haut niveau, constitueront une référence française dans l’accueil des compétitions nationales et internationales. Lieu d’entraînement des clubs et associations sportives de Saint-Denis et de Paris, ainsi que des sections natation et plongeon de la FFN, le CAO accueillera également les scolaires et le grand public pour une pratique de la natation dans les bassins des Jeux de 2024.

 

L’adaptation à ces nouveaux usages du CAO se traduira par la modularité de la capacité des tribunes (de 2 500 à 5 000 places), l’aménagement de locaux dédiés à la FFN pour le pôle plongeon de l’équipe de France et la réalisation du programme d’activités annexes proposé par le concessionnaire sur 5 000 m².

 

Ce programme d’activités annexes comprendra :

  • Un bassin supplémentaire de 25 mètres (profondeur de 1,3 mètres) spécifiquement destiné à l’apprentissage de la natation fondé sur une nouvelle pédagogie (appelée « ludinage ») qui permet d’être capable de se sauver en cas de chute dans l’eau. Ouvert plus de 90 heures par semaine, le CAO accueillera plus de 50 séances hebdomadaires (scolaires du premier degré de la ville de Saint-Denis, bébé nageurs, résidents des IME et des EPHAD).
  • Un espace dédié aux activités aqualudiques pour proposer une offre de baignade originale à destination des familles, un parcours de découverte autour de l’eau et 50 séances d’aquasport par semaine. Cet espace sera composé d’un aquakids, d’un bassin polyvalent et d’un solarium dans le jardin.
  • Un espace dévolu au fitness proposera un plateau cardio-training avec machines connectées ouvert tous les jours de 7h à 20h30.
  • Un mur d’escalade (avec six voies de difficulté) qui verra se succéder cours collectifs, stages ou encore compétitions internationales.
  • De terrains de sports individuels (deux terrains de padel-tennis) ou collectifs (trois terrains de football à 5, trois terrains de basketball à 3).
  • Un parvis destiné à accueillir un skate park.
  • Un lieu de restauration, approvisionné en produits frais par la ferme urbaine de Saint-Denis, proposera quotidiennement une cuisine maison et de saison préparée sur place.
  • Une recyclerie sportive pour redonner vie au matériel de sport, sensibiliser au réemploi et revendre à petits prix le matériel réparé sur place.

Par ailleurs, des bâtiments à vocation sportive, économique ou touristique seront construits à proximité du CAO afin de créer un véritable cluster sportif.
 

Au-delà des vingt dates annuelles de compétitions, le CAO pourra également accueillir des spectacles, des séminaires d’entreprises, des manifestations locales et métropolitaines ou encore des stages sportifs. Enfin, tous les ans au mois de juin, seront organisées les Olympiades du sport pour les scolaires.

 

La qualité architecturale

 

CAO archi

Le CAO est conçu comme un écrin de bois suspendu au ciel. Sa conception s’appuie sur des principes innovants d’écoconstruction et en font un projet exemplaire : le geste architectural privilégie avant tout la transition écologique et la sobriété environnementale souhaitée par la Métropole. Décrivant une toiture concave, tendue, lisse et d’aspect léger supportant une surface de panneaux photovoltaïques (environ 5 000 m²), le projet possède une structure de halle sportive en bois avec des façades vitrées doublées de brise-soleil extérieurs en bois. L’ensemble repose sur un socle en béton.

 

Le franchissement utilise quant à lui des formes simples, reconnaissables et intemporelles : il est constitué par deux poutres caissons latérales en acier supportant un tablier également en acier, il ne présente pas d’appuis intermédiaires entre le parvis du Stade de France et le CAO. Les aménagements paysagers s’insèrent idéalement aux abords du bâtiment et dans un souci de continuité avec les espaces verts et les axes végétalisés du futur quartier.
 

Les ambitions environnementales

 

CAO envi

Les Jeux de Paris 2024 ont pour ambition de s’aligner sur les objectifs issus des Accords de Paris pour le Climat lors de la COP 21 ainsi que sur les 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

 

Cette excellence environnementale se trouve au coeur de la construction du CAO à travers :

  • Une emprise construite réduite au maximum pour libérer une grande part d’espaces de pleine terre et planter 102 arbres.
  • L’utilisation prioritaire de matériaux biosourcés (charpente et ossature en bois).
  • La maîtrise de la consommation d’eau (à raison de 85 litres par baigneur).
  • La sobriété énergétique (inférieure à 4 700 kWh par an d’énergie primaire par m² et par bassin).
  • Un bilan carbone innovant (inférieur à 30 000 tonnes en équivalent CO2).
  • Un toit de 5 000 m² recouvert de panneaux photovoltaïques qui feront du CAO l’une des plus grandes fermes solaires urbaine de France (permettant d’assurer l’ensemble des besoins en électricité du centre aquatique et donc de fonctionner en auto-suffisance).
  • La réduction des nuisances et impacts environnementaux (filtration de l’air extérieur, récupération de 50% de l’eau utilisée, alimentation par 90 % d’énergies renouvelables ou de récupération).
  • L’insertion harmonieuse du bâtiment dans son environnement.
     

ACTEURS ET FINANCEURS DU PROJET

La Métropole du Grand Paris

La Métropole du Grand Paris  est maître d’ouvrage du CAO au titre de sa compétence en matière de développement économique, social et culturel. L’article 59 de la loi NOTRe prévoit en effet la maîtrise d’ouvrage métropolitaine en cas de « construction, aménagement, entretien et fonctionnement de grands équipements culturels et sportifs de dimension internationale ou nationale ». Elle est également maître d’ouvrage du franchissement piéton qui relie le CAO au Stade de France au-dessus de l’A1 et de l’avenue Wilson, nécessaire à l’organisation des Jeux.
 

Tant sur les projets du CAO et du franchissement piéton, établis dans le cadre partenarial des Jeux, que sur le projet de la ZAC Plaine Saulnier, la Métropole associe étroitement l’ensemble des partenaires de ces projets tout au long de leur réalisation.
 

Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Paris 2024)

Paris 2024 a pour mission, dans le respect du contrat de ville hôte signé entre le Comité International Olympique (CIO), le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et la Ville de Paris, de planifier, d’organiser, de financer et de livrer les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024.
 

Il a notamment la charge des installations temporaires liées à l’accueil des Jeux. Il est à ce titre maître d’ouvrage de l’ensemble des infrastructures temporaires qui verront le jour sur le site de la Plaine Saulnier lors des Jeux. Il sera par ailleurs utilisateur du CAO pour les évènements de préparation (« test events ») et pour l’organisation des Jeux à l’été 2024.
 

La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO)

La SOLIDEO  est un Etablissement Public créé en février 2017 et chargé d’organiser la livraison de l’ensemble des ouvrages et aménagements nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, ainsi que leur adaptation ou leur reconversion pour leur usage en héritage. Dans le cadre d’une gouvernance partagée et contractualisée, la SOLIDEO assure deux missions principales :

  • La maîtrise d’ouvrage directe d’un certain nombre d’équipements ou aménagements dont les Zones d’Aménagement Concerté du Village  olympique et du Cluster des médias,
  • La supervision de la réalisation ou de la réhabilitation de l’ensemble des sites olympiques, notamment le CAO à Saint-Denis, l’Aréna 2 ou le Grand Palais à Paris, le Stade de France à Saint-Denis ou le Stade Yves du Manoir à Colombes.

Les autres acteurs institutionnels du projet

  • L’État contribue au projet à travers la Solidéo qui centralise les financements d’Etat pour les ouvrages et les aménagements nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques.
  • La Ville de Paris  : la Ville de Paris contribue au financement du CAO. Elle est également l’un des utilisateurs institutionnels du CAO prévus en phase héritage (pour les besoins de ses clubs notamment).
  • La Région Ile-de-France : la Région contribue au financement du CAO et du franchissement piéton.
  • Le Département de la Seine-Saint-Denis : le Département contribue au financement du franchissement piéton. Le Département est également propriétaire et gestionnaire de voiries attenantes au site de la Plaine Saulnier.
  • L’Établissement Public Territorial Plaine Commune : Plaine Commune contribue au financement du franchissement piéton. C’est également le futur propriétaire et gestionnaire des espaces publics du quartier.
  • La Ville de Saint-Denis : la Ville de Saint-Denis est l’un des principaux utilisateurs institutionnels du CAO prévus en phase héritage, pour les besoins des scolaires et des clubs locaux.
  • La Fédération Internationale de Natation (FINA) et la Ligue Européenne de Natation (LEN) : en coordination avec Paris 2024, les représentants internationaux du milieu sportif de natation sont attentifs au respect des prescriptions relatives à l’organisation de compétitions internationales, olympiques et européennes pour la phase héritage.
  • La Fédération Française de Natation (FFN)  : la FFN sera l’un des principaux utilisateurs institutionnels du CAO en phase héritage. Son rôle confère à l’équipement une dimension internationale et nationale d’excellence sportive. Elle utilisera le CAO en phase héritage pour les besoins quotidiens d’entraînement des sportifs de haut niveau et pour organiser ponctuellement des compétitions sportives.

LE MODE CONTRACTUEL ET LA PROCÉDURE DE CONSULTATION

 

Emplacement CAOAfin de définir le mode de réalisation et gestion le mieux adapté, la Métropole s’est engagée aux côtés de ses partenaires dans une démarche d’étude des différents modes contractuels envisageables.

Les impératifs de calendrier et de robustesse ont conduit à ne pas privilégier les schémas qui verraient se succéder un marché de maîtrise d’œuvre puis des marchés de construction et/ou exploitation, pour privilégier un contrat global. Ce type de schéma permet d’éviter les délais cumulatifs de plusieurs procédures de passation de marchés ainsi que le risque de dérive des coûts au moment, par exemple, de la reprise du contrat de maîtrise d’œuvre par le concessionnaire constructeur-exploitant.
 

Par ailleurs, afin de confier à un tiers l’exploitation du service public et la construction de l’ouvrage nécessaire à son exploitation, la Métropole s’est orientée vers le choix d’une concession, permettant d’inclure la composante d’exploitation pérenne de l’ouvrage dès la conception de l’ouvrage et d’allouer de manière substantielle au concessionnaire privé le risque lié à l’exploitation.
 

Pour attribuer un contrat de concession, elle a engagé une procédure de mise en concurrence. Début octobre 2018, une consultation a été lancée pour retenir l’équipe qui aura la responsabilité de construire l’équipement et le franchissement, d’adapter les ouvrages à la configuration héritage et d’assurer la maintenance et l’exploitation ainsi que la gestion du CAO.
 

Le 15 mai 2020, le Conseil de la Métropole du Grand Paris a attribué cette concession au groupement conduit par Bouygues dont l’offre a été classée en première position par les commissions internes de la Métropole et les différents partenaires institutionnels en raison de sa qualité architecturale, fonctionnelle et surtout environnementale.

 

Les principaux membres du groupement

  • Bouygues Bâtiment Île-de-France (mandataire) : filiale de Bouygues Bâtiment France Europe, Bouygues Bâtiment Île-de-France développe pour ses clients une compétence globale à travers un pôle conseil et développement immobilier composé de Elan et Linkcity Île-de-France, et cinq spécialités (construction privée, rénovation privée, ouvrages publics, habitat résidentiel, habitat social).
  • Ateliers 2/3/4/ : agence française d’architecture, d’urbanisme et de paysage, réunit 13 associés et une centaine de collaborateurs. Les projets de l’agence émergent d’une analyse précise de la façon dont la ville contemporaine évolue et se renouvelle.Taillé sur mesure pour répondre aux questions sociales, urbaines, fonctionnelles et culturelles, chaque projet est l’opportunité d’une recherche qui le rend unique, en matière de développement durable, de paysage, de typologie, d’apport de bien-être aux utilisateurs ou de process de mise en oeuvre. Architecte associée : Laure Mériaud
  • Venhoeven CS architecture + urbanism : agence d’architecture et d’urbanisme néerlandaise reconnue,VenhoevenCS propose, appuyé sur un esprit de recherche et d’innovation, une approche intégrale de conception autour de trois grands thèmes (dynamique sociale, mobilité, smart cities). Architecte associée : Cécilia Gross
  • Récréa (exploitant commercial) : spécialiste des domaines du loisir et du bien-être en milieu aquatique, Récréa gère plus d’une cinquantaine de centres aquatiques partout en France en délégation de service public, pour le compte des collectivités.
  • Dalkia (exploitant technique) : filiale du groupe EDF, Dalkia est l’un des leaders des services énergétiques en France en apportant des solutions innovantes pour une croissance durable des villes et des entreprises.

Les autres membres du groupement

Les autres membres du groupement
 

Voir aussi