CAO et franchissement

Le Centre Aquatique Olympique

Le projet de Centre Aquatique Olympique (CAO) et de franchissement est né de la convergence de deux ambitions : accueillir les Jeux à Paris en 2024 et participer au développement d’un territoire en pleine mutation.

Le contexte des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Le Comité International Olympique (CIO) a désigné en septembre 2017 Paris comme ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques qui se dérouleront entre juillet et septembre 2024. Un siècle après l’organisation des Jeux de 1924, le Grand Paris s’apprête donc à recevoir le plus illustre événement sportif mondial. Les Jeux Olympiques et Paralympiques constituent parmi tous les événements mondiaux – sportifs, politiques, culturels ou économiques – une manifestation inégalée, qui réunit 206 délégations et près de 15 000 athlètes (10 500 sportifs olympiques et 4 350 sportifs paralympiques).
 

De nombreux sites olympiques et paralympiques sont implantés dans le nord de la Métropole, en particulier en Seine-Saint- Denis : le Village olympique et paralympique, le Cluster des médias, plusieurs sites de compétitions et de nombreux terrains ou bassins d’entraînements pour les sportifs.
 

Le CAO est l’équipement majeur qui reste à construire pour les Jeux de Paris 2024. En effet, 95 % des sites dédiés aux Jeux sont déjà existants ou seront temporaires. Il accueillera en phase olympique les compétitions de plongeon, de water-polo et de natation artistique. Il constituera l’un des héritages olympiques majeurs, avec le franchissement piéton reliant le quartier Plaine Saulnier au Stade de France.

 

Le choix du site de la Plaine Saulnier

Plan de situation des projets à grande échelle urbaine (source : Leclercq Associés, 2018)Le choix des sites et des projets d’aménagement liés aux Jeux de Paris 2024 repose sur un principe de compacité. Plus de 80 % des sites de compétition seront situés dans un rayon de 10 km autour du Village olympique et paralympique pour que la majorité des athlètes soient ainsi hébergés à moins de 30 minutes de leur lieu de compétition.
 

Le site de la Plaine Saulnier a été choisi par le Comité de candidature Paris 2024 en dialogue avec les territoires, en accord avec le concept des Jeux et dans le respect des prescriptions du CIO. Il a été retenu car il est stratégiquement situé, en raison de :

  • La proximité du Stade de France, permettant d’établir un seul périmètre de sécurité unique, et du futur Village olympique et paralympique ;
  • La très bonne accessibilité routière (A1, A86) et en transports en commun existants (RER B et D, ligne 13, tramway T8) et en projet (Grand Paris Express lignes 14, 15, 16 et 17, ligne 8 du tram), ainsi qu’en vélo par le canal de Saint-Denis ;
  • La dynamique intense de mutation urbaine engagée dans le secteur, en particulier autour du nouveau quartier urbain de la Porte de Paris, du pôle tertiaire du Landy-Pleyel et du projet de centralité métropolitaine de Saint-Denis Pleyel ;
  • Sa situation stratégique pour la résorption des coupures urbaines entre le centre-ville de Saint-Denis et les quartiers de la Plaine Saint-Denis et de Pleyel ;
  • Son positionnement sur l’axe reliant le centre de Paris avec l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.

UNE RéPONSE AUX BESOINS DU TERRITOIRE

 

Le CAO permettra d’améliorer l’offre d’un territoire mal pourvu en équipements aquatiques. Les habitants, les scolaires et les clubs du territoire exprimant le besoin de nouvelles piscines depuis de nombreuses années.
 

Dans une étude menée en 2016, l’Institut Régional de Développement du Sport considère le territoire de la ville de Saint-Denis comme une zone prioritaire pour l’implantation de nouvelles piscines en Seine-Saint-Denis. Le CAO doit constituer un levier de développement des capacités d’accueil des activités aquatiques sur le territoire.
 

Ce grand équipement aquatique représente un accélérateur de développement urbain et de mutation pour le site de la Plaine Saulnier et plus largement pour cette partie du territoire métropolitain.

 

LA DOUBLE VIE DU PROJET

CAO

Le Centre Aquatique Olympique pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Avant d’être aménagée en quartier urbain mixte, la Plaine Saulnier sera dédiée à l’accueil des Jeux de Paris 2024. Le CAO et des installations provisoires (un bassin de compétition et deux bassins d’échauffement) dans lesquelles seront organisées l’ensemble des compétitions de natation olympiques et paralympiques, seront implantés sur une très grande partie du site de la Plaine Saulnier.
 

Le CAO en configuration dite « olympique » répondra aux spécifications du CIO nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, pour la tenue des compétitions de plongeon, de water-polo et de natation artistique. Il accueillera :

  • Un bassin de 50 x 25 m
  • Un bassin de plongeon de 22,20 m x 25 m
  • 6 000 places brutes de tribunes
  • Une partie des surfaces et locaux nécessaires à l’accueil et à l’entraînement des athlètes

Enfin, d’autres installations temporaires accueilleront des zones d’échauffement, le centre des médias, des zones de gestion et des espaces commerciaux.

 

La transformation du site après les jeux

Le CAO en configuration héritage verra le jour à la suite des travaux de transformation de l’équipement engagés dès l’automne 2024, à la fin des Jeux Paralympiques.
 

Après les Jeux, le CAO accueillera des séances scolaires, de la natation et du plongeon sportifs et de loisirs, des activités encadrées et de la pratique libre de natation. Il sera ainsi un lieu où se côtoieront des publics divers : les scolaires, les associations et les clubs sportifs, le grand public, les sportifs de la Fédération Française de Natation et du Pôle France Plongeon, sans oublier le personnel administratif et les services de maintenance et d’entretien du CAO.
 

Pour assurer ces fonctions, la configuration du CAO sera adaptée à l’accueil de ces différents publics. Ainsi, le site sera divisé en plusieurs espaces :

  • Le hall d’accueil ou les publics pourront s’informer, se retrouver et s’orienter vers les vestiaires ou les tribunes;
  • Les espaces pour les nageurs, individuels ou en groupes : vestiaires, sanitaires, douches etc;
  • La halle « bassins » constituée du bassin de 50 m x 25 m, du bassin de plongeon de 26 m x 25 m, des plages périphériques destinées à la circulation, au regroupement et à la détente des nageurs, et de tribunes de 2500 places. Elle sera le lieu de regroupement de tous les publics.

Le CAO accueillera des compétitions internationales de natation qui nécessiteront des aménagements temporaires à l’intérieur de l’équipement. En particulier, le nombre de places de tribunes pourra être augmenté pour atteindre 5000 places au lieu de 2500.

 

ACTEURS ET FINANCEURS DU PROJET

La Métropole du Grand Paris

La Métropole du Grand Paris  est maître d’ouvrage du CAO au titre de sa compétence en matière de développement économique, social et culturel. L’article 59 de la loi NOTRe prévoit en effet la maîtrise d’ouvrage métropolitaine en cas de « construction, aménagement, entretien et fonctionnement de grands équipements culturels et sportifs de dimension internationale ou nationale ». Elle est également maître d’ouvrage du franchissement piéton qui relie le CAO au Stade de France au-dessus de l’A1 et de l’avenue Wilson, nécessaire à l’organisation des Jeux.
 

Tant sur les projets du CAO et du franchissement piéton, établis dans le cadre partenarial des Jeux, que sur le projet de la ZAC Plaine Saulnier, la Métropole associe étroitement l’ensemble des partenaires de ces projets tout au long de leur réalisation.
 

 Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Paris 2024)

Paris 2024 a pour mission, dans le respect du contrat de ville hôte signé entre le Comité International Olympique (CIO), le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et la Ville de Paris, de planifier, d’organiser, de financer et de livrer les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024.
 

Il a notamment la charge des installations temporaires liées à l’accueil des Jeux. Il est à ce titre maître d’ouvrage de l’ensemble des infrastructures temporaires qui verront le jour sur le site de la Plaine Saulnier lors des Jeux. Il sera par ailleurs utilisateur du CAO pour les évènements de préparation (« test events ») et pour l’organisation des Jeux à l’été 2024.
 

La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO)

La SOLIDEO  est un Etablissement Public créé en février 2017 et chargé d’organiser la livraison de l’ensemble des ouvrages et aménagements nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, ainsi que leur adaptation ou leur reconversion pour leur usage en héritage. Dans le cadre d’une gouvernance partagée et contractualisée, la SOLIDEO assure deux missions principales :

  • La maîtrise d’ouvrage directe d’un certain nombre d’équipements ou aménagements dont les Zones d’Aménagement Concerté du Village  olympique et du Cluster des médias,
  • La supervision de la réalisation ou de la réhabilitation de l’ensemble des sites olympiques, notamment le CAO à Saint-Denis, l’Aréna 2 ou le Grand Palais à Paris, le Stade de France à Saint-Denis ou le Stade Yves du Manoir à Colombes.

Les autres acteurs institutionnels du projet

  • L’État contribue au projet à travers la Solidéo qui centralise les financements d’Etat pour les ouvrages et les aménagements nécessaires à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques.
  • La Ville de Paris  : la Ville de Paris contribue au financement du CAO. Elle est également l’un des utilisateurs institutionnels du CAO prévus en phase héritage (pour les besoins de ses clubs notamment).
  • La Région Ile-de-France : la Région contribue au financement du CAO et du franchissement piéton.
  • Le Département de la Seine-Saint-Denis : le Département contribue au financement du franchissement piéton. Le Département est également propriétaire et gestionnaire de voiries attenantes au site de la Plaine Saulnier.
  • L’Établissement Public Territorial Plaine Commune : Plaine Commune contribue au financement du franchissement piéton. C’est également le futur propriétaire et gestionnaire des espaces publics du quartier.
  • La Ville de Saint-Denis : la Ville de Saint-Denis est l’un des principaux utilisateurs institutionnels du CAO prévus en phase héritage, pour les besoins des scolaires et des clubs locaux.
  • La Fédération Internationale de Natation (FINA) et la Ligue Européenne de Natation (LEN) : en coordination avec Paris 2024, les représentants internationaux du milieu sportif de natation sont attentifs au respect des prescriptions relatives à l’organisation de compétitions internationales, olympiques et européennes pour la phase héritage.
  • La Fédération Française de Natation (FFN)  : la FFN sera l’un des principaux utilisateurs institutionnels du CAO en phase héritage. Son rôle confère à l’équipement une dimension internationale et nationale d’excellence sportive. Elle utilisera le CAO en phase héritage pour les besoins quotidiens d’entraînement des sportifs de haut niveau et pour organiser ponctuellement des compétitions sportives.

LE MODE CONTRACTUEL ET LA PROCÉDURE DE CONSULTATION

 

Plan CAOAfin de définir le mode de réalisation et gestion le mieux adapté, la Métropole s’est engagée aux côtés de ses partenaires dans une démarche d’étude des différents modes contractuels envisageables.
 

Les impératifs de calendrier et de robustesse ont conduit à ne pas privilégier les schémas qui verraient se succéder un marché de maîtrise d’œuvre puis des marchés de construction et/ou exploitation, pour privilégier un contrat global. Ce type de schéma permet d’éviter les délais cumulatifs de plusieurs procédures de passation de marchés ainsi que le risque de dérive des coûts au moment, par exemple, de la reprise du contrat de maîtrise d’œuvre par le concessionnaire constructeur-exploitant.
 

Par ailleurs, afin de confier à un tiers l’exploitation du service public et la construction de l’ouvrage nécessaire à son exploitation, la Métropole s’est orientée vers le choix d’une concession, permettant d’inclure la composante d’exploitation pérenne de l’ouvrage dès la conception de l’ouvrage et d’allouer de manière substantielle au concessionnaire privé le risque lié à l’exploitation.
 

Pour attribuer un contrat de concession, elle a engagé une procédure de mise en concurrence. Début octobre 2018, une consultation a été lancée pour retenir l’équipe qui aura la responsabilité de construire l’équipement et le franchissement, d’adapter les ouvrages à la configuration héritage et d’assurer la maintenance et l’exploitation ainsi que la gestion du CAO.
 

Le lauréat de la consultation sera désigné au premier semestre 2020.

Voir aussi